Toute petite au creux de tes mains. Fragile de me souvenir si bien.
Ces …
Nos …
Comment te dire ?
Peut-être t’appartenir un peu. Malgré moi, malgré mes voeux. Envers et contre toi.
Une douleur de plaisir.
Si évident. De nos vides remplie . Encore, je ne sais pas.
Envie, surement.
Effrontément.
De nos entrelacements me nourrir, pour longtemps. Tu as oublié un morceau de toi collé à ma chair, je crois. Une pellicule lentement coulée. Une caresse soudée aux reliefs de ma peau. Bien cachée. Je la sens encore. Je te sens encore. Là. Fourmiller.
Sourire.

4 réflexions sur “

  1. evamarine dit :

    waouuuuuu
    l’humeur est câline ici…
    bises 🙂

  2. sag dit :

    hummm, soupirs…

  3. Plancton dit :

    He bé, ça vous en inspire des onomatopées tout ça hein ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *