Et toi ?…

Le message qui s’affiche sur mon téléphone attend patiemment une réponse.
« … J’avais besoin de te retrouver… »
Les points sont bien à leur place. Comme nous avions pris l’habitude d’user de la ponctuation afin de mieux souligner les mots qui nous liaient. Mon prénom, confortablement installé dans sa fin de phrase, derrière sa virgule personnelle qui lui ouvre la route. Tu me donnes malheureusement une place que je ne suis pas en mesure d’honorer.
Les verbes en « re-« , je les fuis. Je les déteste souvent. Re-venir. Re-partir. Re-tourner. Re-passer par les mêmes chemins…
Tu pensais que je te comprenais. J’espère que tu te souviens que je t’ai dit être égoïste. Souviens-toi. C’est ce mot-là qui va te permettre de bien me comprendre, à ton tour.
Je ne t’ai jamais eu entier. Tu ne m’auras pas entière. Nous ne sommes pas d’accord sur le sens de ce mot, sans doute. « Être la première, après … »
Je la déteste cette place. Tu le sais.
Je te comprends comme je suis capable de comprendre trop de monde. C’est ma faculté, de creuser et de fouiller. De chercher et de trouver. D’éclairer et de de deviner. D’abandonner les recherches, aussi.
Je ne te reviendrai pas entière. Si je reviens à toi, ce sera en morceaux. Et pour combien de temps ?

Je n’aime pas le moment où je sais que je vais devoir oublier quelqu’un. Ce moment où je vais devoir me concentrer sur mes ressources propres afin de réduire à néant le peu, ou le beaucoup de sentiments que j’avais laissés germer.
J’ai déjà eu à t’oublier une fois. La saison des semailles est passée pour nous. Aujourd’hui, c’est l’été. Nous ne nous abandonnerons pas deux fois.

Tu m’as dit « non ». Tu as eu raison. Ce n’était que la brillance sur nos peaux qui m’attirait, les moiteurs, les sueurs, les reliefs accidentés. Et tes mains. ça doit être mon côté pie. Pie. Pilleuse. P(a)illarde éparPillée.

« … Et toi ?  »

Et moi… J’ai très envie de me retrouver.

PS. Et si ma réponse se trouve là, c’est un peu pour le plaisir de faire briller les étoiles discrètes que nous avions au coin des yeux ce soir-là. Invisibles de tous sauf de nous-mêmes. C’est beaucoup pour l’aura de nos mots et de nos envies que je n’oublie pas et que j’aime voir ainsi impudemment offerte. C’est totalement par égoïsme.

4 réflexions sur “Et toi ?…

  1. anna dit :

    quoi? quoi? QUOIIIIIIIIII !!!!!

    Mais c’est quoi qui s’est passé ouh ouh et tes amies tu leur parles? chais pas moi quand meme je devrais savoir avant ton blog c’est dégueulasse… je suis outrée
    Je te ré-pudie (même si je t’ai jaiais pudié avant)

    Bisouxxx

    Anna

    ps : je crois qu’il faut que hje rentre chez moi j’ai trop bossé auj….

  2. Plancton dit :

    ça veut dire « appelle moi ce soir et raconte moi tout !!!! » ça, non ? ;p
    C’est quand meme de la news super récente mais pas très fraiche , tu sais… Je t’en ai déjà parlé, c’est cette histoire avec… et même qu’ on…. et puis….
    (Je t’appelle ce soir 🙂

  3. CentsPointsFixes dit :

    Il vaut mieux l’anti-erre que l’entière des fois. Ou souvent. Il vaut mieux partir avant d’avoir constaté qu’on avait l’entier. Ou la moitié. Il veut mieux revenir après avoir oublié qu’on n’avait que le demi. Où avec imparfait n’est pas son truc. A remettre dans l’ordre afin que bonheur se dessine avec et sans point. Moites heures souhaitées quoiqu’il en soie.

  4. Plancton dit :

    Pas trop fixes les points… mais fermes, surtout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *