pensée du soirin. espoigrin.

Cette petite bouffée de chaleur, accélération du rythme cardiaque.
Tu sais que ça va faire mal, tu sais que ça va faire mal…
Mais ça n’arrête pourtant pas le geste. Ni les yeux.

Décidément, on n’arrive jamais à rien avec personne.
Tant qu’on ne les a pas ignorées ou détestées autant qu’on les a aimées.

Et après ça, on n’arrive à rien non plus.
Sauf que ça fait juste un peu moins mal.

On est bien avancé, hein.
L’amour c’est bon, mangez-en.

6 réflexions sur “pensée du soirin. espoigrin.

  1. A vous en faire peter la rate, à en vomir sur le reste du monde vos ébats sentimentaux et orgiaques…

  2. neuro dit :

    L’amour c’est comme un cancer.
    Ça te bouffe de l’intérieur, quand tu te rends comptes qu’il est là, c’est déjà trop tard, et si t’arrives pas à en guérir, t’en crèves.
    Bienvenue dans la vie .com.

  3. sag dit :

    à quel rythme? Tous les jours?

  4. Plancton dit :

    Msieur Misan, on pourrait aussi parler de cracher son bonheur à la face du monde. Mais je suis une fille très propre (élevée à la litière et tout ça).
    Mais « ouéééééé !!!! » quand même. Et « chuuut ! » faut pas le dire.

    neuronounet, tu m’as bien déprimée sur ce coup-là, merci. Heureusement que j’étais de bonne humeur en lisant ça hier quand même.

    Sagesse, 43 fois par jour, avant, pendant, après, entre les repas. Le mode d’administration reste aux goûts et préférences de chacun.

    Et Arrêtez de me tricoter des chaussettes !!! J’en ai assez pour me pendre 40 fois cet hiver, merci.

  5. g dit :

    un problèmes avec les chaussettes. essaye les moufles… pis pour se pendre avec des moufles, c’est pas simple.

  6. Path dit :

    L’amour c’est bleu
    personne ne mange de trucs bleus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *