Sur le palier

Je t’ai appelée.
J’avais besoin de te parler.
Besoin de te voir comme envie de pisser.
Je pensais, j’espérais, en sortir soulagé.

Je t’ai appelée.
J’avais besoin de te voir.
Envie de te parler, te convaincre
J’suis pas un mauvais gars tu sais, j’suis pas un mauvais gars.
J’suis pas pire.

Crois-moi ma Colombe, mon Amour.
J’ai toujours envie de te prendre dans mes bras.
Comme on sert un oreiller chargé d’odeurs,
Un vieux pull déchiré déchirant, contre soi.

Te rassurer, et puis aussi un peu moi.
On finira pas comme ça, tu sais, on finira pas.

J’peux pas partir, j’peux pas te laisser là.
J’peux pas partir parce que je suis déjà plus là.

J’veux pas que tu te meures sans moi,
J’veux pas qu’il t’arrive des bêtises.
J’veux pas avoir froid cette nuit
Alors s’il te plaît, accepte moi comme ça.

J’peux pas m’enfuir, parce que j’ai nulle part où aller
Ailleurs que là. Et puis ton coeur est chaud, ton âme est douce,
Je me rappelle bien que tes bras savent bercer.

A quand cela remonte-t’il, ma Tendre… ?
Mes souvenirs s’embrument, tu sais.
Mais je crois bien que je t’ai aimée.

J’ai trouvé les fleurs, piétinées devant ta porte d’entrée.
Je reviendrai demain.
J’veux juste te parler.
J’peux pas aller plus loin, tu sais.
J’peux plus entrer, j’peux plus m’enfuir.
J’ai pas le courage de te quitter,
Et pas assez de lâcheté pour revenir.

4 réflexions sur “Sur le palier

  1. Guillermito dit :

    Bon, et sinon tu viens au Paris Carnet demain ? Je suis a Paris 🙂

  2. Plancton dit :




    (C’était les séries de points de suspension ou les insultes à la tartiflette (comme les patates))
    Si t’es encore là le we prochain, tape deux fois dans tes mains et envoie moi un signal de fumée bleu pâle. ON va revenir aux bonnes vieilles méthodes parce que le téléphone ne fonctionne toujours pas avec toi…
    but… The fire walks with me …
    gniark gniark gniark.

  3. pivwan dit :

    Pinaise tu viens a Paris et tu préviens même pas… Je vais presque pleurer 🙁

  4. Plancton dit :

    Tu parles à qui Piv ? Pas à moi quand même…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *