Rendez-vous sous le grand chêne

La fille qu’est toujours en retard.
En retard de 340 fils rss en attente dans le gentil bloglines qui les accumule pour elle.
Elle finira par en lire 10 et puis tous les marquer « lus », en se disant que quelque part, elle a rien loupé. Puisque c’est de la vie qu’elle a pas envie de passer à côté.
En retard dans son boulot parce que les tâches sont répétitives, parce que les tâches demandent de la concentration et que ça, décidément, elle en manque vachement. Comme de la volonté.
M’enfin, ça dépend pour quoi.
La fille, elle est éparpillée.
En retard tout le temps.
Tous les jours.
Les « pourquoi pas » lui font envie, les « parce que » lui font peur.
La fille se lasse du temps comme des espaces.
La fille passe en rigolant, et ne repasse jamais que des chouettes chemisiers qu’elle rechigne à porter. Parce que merde, faut encore repasser.
La fille se ramasse souvent.
Elle s’en fout, tant qu’elle tient encore debout.
La fille manque de se jeter dans des risques inconsidérés.
La fille essaye d’avancer.
La fille a pensé, toute la journée, aux grands enfants, à son retard, à ses risques inconsidérés.
Elle a stressé… mais pas comme avant. Je l’ai même surprise à sourire, à un feu rouge, au dessus de son volant.
Je me dis qu’elle est folle. Mais pas comme avant.
Elle est folle comme maintenant, et c’est bien pire.
La fille avait tout tracé, et puis la vie a tout effacé.
Elle s’est retrouvée dans la forêt comme le petit Poucet.
Et là, elle s’en fout un peu d’être en retard et de pas savoir où aller.
Parce qu’elle se sent même pas paumée.
Juste à l’heure du rendez-vous avec les risques qu’elle ne sait plus comment considérer.

Une réflexion sur “Rendez-vous sous le grand chêne

  1. an.archi dit :

    Je comprends mieux pourquoi certains de mes posts sont totalement incompréhensibles pour d’autres que moi.
    Merci pour le miroir. :*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *