2 réflexions sur “Du format d’un enfant

  1. sag dit :

    ne fais pas trop vite une erreur, pardonnable certes… jusqu’aujourd’hui, 2 enfants handicapés sur 3 n’étaient pas scolarisés… c’est-à dire qu’il n’avait aucune place, même en établissement spécialisé, doncétait totalement à la charge des familles. LE nouveau texte ed loi, en obligeant à les accepter partout, permet déjà de leur laisser une place dans la société.
    Ensuite, il y a beaucoup moins de petites cases avec la nouvelle formule qu’il n’y en avait avant.
    PAr exemple, les gamins qui arrivent dans mes classes, sont déjà triés dès la fin de l’école primaire, et ne sont pas handicapés, auxquels cas, ils auraient une orientation vers trois autres formes de structures.
    La novuelle loi ne crée absolument aucune nouvelle case, elle met jsute ensemble, dans un lieu commun, toutes les différentes instances qui orientaient auparavant, et crois-moi, il y en a…

  2. Plancton dit :

    Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit, sag. Je ne remets pas en question le texte de loi, qui se veut être une avancée pour la scolarisation de tous les enfants. De là à « obliger à les accepter partout », je suis assez pessisimiste sur le sujet et je me dis que les choses risquent d’être beaucoup moins belles, grandes, rondes, douces et roses.
    Pour les « cases », si tu fais référence à la mise en place des MDPH, j’attends de voir ce que ça va donner. (Mis à part un beau bordel). Elles sont sensées être mises en place début 2006, c’est ça ? Sur le papier, tout est beaucoup plus simple effectivement de parler de cette « maison magique » plutôt que des CDES CCSD CCPE… Dans la réalité, j’attends de voir ce que cela donnera. Je ne suis pas assez confrontée au problème pour vraiment te donner un avis personnel sur le fonctionnement de ces instances. Je suis simplement sceptique quant au passage du papier à la réalité. Surtout quand le papier met autant de temps à venir.

    Tout ce que j’ai voulu faire, dans ce post, c’est une simple introduction à l’article de Libé qui fait la part belle à la remise en question des décrets d’application et de ce que cette loi de février 2005 va pouvoir devenir dans la réalité.
    Après, ce que je pense vraiment…
    Je constate simplement que l’intégration et l’adaptation ne font pas partie intégrante de l’Education. Que tirer les enfants vers le haut demande des efforts incommensurables que l’Education Nationale n’est pas prête de pouvoir fournir. Que l’éducation est un combat personnel pour de nombreuses familles alors que c’est sensé être un droit et un devoir. Que coller des étiquettes sur des gamins est beaucoup plus simple que de chercher à les sortir de leur panier. (ou leur ZEP, au choix.)
    Je généralise, je théorise grossièrement. J’en suis désolée. Ce n’est que mon point de vue sur les évenements récents autour de l’Education nationale.
    Après, pour se sortir de ce merdier, les solutions sont loin d’être aussi évidentes que mes critiques.
    Un combat personnel.
    Tout se résume à ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *