La fée supermarchée

La gamine s’accroche et se renfrogne,
elle campe sur ses talons et la mère sur son « non ! ».
Elle fait mine de se cramponner au bord des larmes et cède docilement à l’appel évident du caprice.
Elle commence à pleurer chaudement, puis énergiquement, puis frénétiquement pour enfin en arriver à pousser ses cris.
Et la mère, son caddie.

Après quelques minutes, admirative devant la patience parentale et la paire de gifles finale et scandaleuse dont le sifflement surprit l’attention outrée des passantes, je changeai de rayon et de menu pour ce soir, sous les hurlements insupportables de la gamine, cette petite fée des supermarchés.

Elle voudrait pouvoir en posséder tout le contenu
d’un coup de ses grands yeux bleus,
armée de son petit sourire dodu.
Elle ne parvient pour l’instant qu’à faire fuire tous les gens.
Mais elle s’entraîne, elle s’entraîne, malheureusement.
Elle travaille son cri perçant.
Et la mère, son revers.

2 réflexions sur “La fée supermarchée

  1. sheepyr dit :

    La mère a craqué, pas facile de tenir parfois…

  2. Nestor-le-pingouin dit :

    Fuir ?
    Pas question ! Pas avant que la mère excédée ne se laisse aller à ses pulsions ! 😉
    L’avantage quand ca arrive à la caisse, c’est que ça permet de patienter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *