Liberté confinée.

Des petits carrés, des petits carrés, je veux plein de petits carrés.
Ne plus battre de l’aile, ni tourner autour.
Laisser plein de courants d’air.
Entrer, sortir.
Des grands cubes.
C’est à l’intérieur que j’ai envie de voler.
Il y a des entraves qui rendent plus vivants que la grande liberté.
Des espaces qui nous confinent et me rendent le sourire.
Des chaînes qui nous attachent et nous affranchissent.
Le truc, c’est d’ apprendre à ne pas s’écraser contre les murs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *