Les trucs pendants comiques de ce genre d’histoire

Je me souviens d’un de ces heureux soirs, quand maman était encore maman, papa pas là parce qu’à se les peler dans sa caravane au fond des bois, ma soeur encore la plus grande de nous deux, et mon frère déjà un pauvre con.
Un heureux soir de mon enfance, quoi.
Ma soeur était à l’université alors. Elle portait des lunettes monstrueuses. En plastique bleu. L’ustensile idéal du parfait petit bonhomme lego. Les lunettes parfaites de la gentille petite étudiante en sciences économiques qu’elle incarne toujours aujourd’hui, malgré ses vrais airs de cadre fonctionnaire.

Elle est rentrée à la maison, un peu chamboulée.
– Maman ! Maman ! J’ai vu un truc affreux !
– Qu’est ce que t’as vu ma puce ?!
– Dans le passage piéton souterrain, à Vaise…
Ma mère, terrorisée.
Je sais qu’elle s’imagine déjà ma soeur violée, découpée en morceaux, rangée dans un sac poubelle, flottant au milieu de la Saône.
Ah non, en fait, elle est bien là devant nous, à nous raconter son histoire.
-Bon, qu’est ce qui s’est passé dans le souterrain ?
-Ben en fait, j’ai vu un monsieur, avec un grand imper. Il arrivait dans l’autre sens, il s’est approché de moi, il ralentissait et alors pouf. Il a ouvert son imper.
-Mon Dieu !
Ma mère agonise pour ma soeur, qui semble malgré tout, toujours en vie.
-Et alors ?? Qu’est ce qui s’est passé ???
Moi, l’esprit affuté.
-Il était tout nu , dis ??!
Et ma soeur met impitoyablement fin au mythe du sadique à l’imper à cause de basses considérations matérielles.
-Ben en fait, j’ai rien vu, j’avais pas mes lunettes.

Et moi, j’ai prévu le coup, je porte pas de lunettes.
Et j’ai eu beau passer maintes et maintes fois dans le fameux tunel, j’ai jamais croisé ce brave homme.

[Rien que pour t’offrir un sourire …]

Une réflexion sur “Les trucs pendants comiques de ce genre d’histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *