Non mais merde alors.

Après avoir écouté cette personne pendant une heure, l’oreille douloureuse accrochée au téléphone…
« Vous faites un métier génial ».
La voilà, ma récompense. La voilà, ma passion. Ce n’est pas le petit coup de paumade qui m’importe. C’est son pourquoi. C’est le sourire dans la voix de cette personne en raccrochant, cette personne complètement perdue dans le dédale des questions.
C’est avoir su être là. Et avoir su quoi dire. Avoir su quoi ne pas dire. Avoir su écouter. Avoir su être présente dans l’absence de solutions miracles et de réponses idéales.

J’aurais beau dire tout ce que je veux, putain que je l’aime ce boulot. Et je n’ai pas de raison de ne pas en être fière.

Mais putain que je suis crevée. Et il n’est qu’onze heures du mat…

Une réflexion sur “Non mais merde alors.

  1. soho dit :

    ouh un plancton motivé! Chouette! Chouette! Chouette!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *