Toute petite petite petite

J’en reviens pas.
Internet, c’est l’ouverture sur le monde ! Qu’y disaient.
Tu parles.
Macache.
La blogosphère francophone est une pauvre cage dans laquelle j’ai l’impression de tourner en rond depuis qu’il m’a pris l’envie de vouloir l’explorer.
Je peux aller n’importe où, cliquer sur n’importe quel lien, je retomberai TOUJOURS sur un nom déjà vu, voir même sur des personnes que je connais déjà. Que je les apprécie, remarque ;
Ou Pas.
Je peux changer de goûts, m’abandonner là sur le bord de la route ; je pique un cerveau à un clampin de passage, et j’essaie de découvrir le monde avec des neurones autres que les miens.
Pitié, faites que je tombe pas sur un agriculteur chasseur beauceron, j’ai pas envie de voter le pen dimanche.
Haha, désolée ma petite, me répondit dieu, fallait partir d’ici avant.
Noooonnn !!!!!!!!!!!!!!

Oups.
Pardon.
J’étais en plein cauchemar.

Je peux aussi arrêter de m’agaçer toute seule ; je saute de joie et je crie Youpi Que le monde est petit ! en remuant mes petites mains et en faisant semblant d’être heureuse de cet état de compression et d’enfermement qui me devient aussi supportable et vomitif que des nouilles au fond d’un évier.
Je peux aussi me réjouir avec un peu plus d’entrain sincère (ça devrait se trouver, en raclant bien au fond du coeur, chose difficile ces temps-ci, y’a plus de lumière, j’ai oublié de payer la facture d’électricité, y’a des mygales grosses comme mon poing je suis sûre là-bas dedans, des bouts de verre et des lames de rasoir rouillées, je serais moi, je m’y risquerais pas).
Être ravie de voir que je tombe sur des blogs que je lis ou que je lus ou que j’eus volontiers compulsés si je les eusse découverts dans une période faste de mon ouverture sur le monde extérieur. Me satisfaire et m’enorgueillir du petit plaisir de constater que décidément, ceux que je lis ont bon goût et ceux qui lisent ceux que je lis, aussi. Mises à part trois quatre grognasses, mais bon, ça, c’est une autre histoire.
Et hop xp ego +10.

Soit. Faisons péter les noix de cajou. Et allons-y gaiement, se frayer un chemin là-dedans et secouer les barreaux de cette putain de cage.

10 réflexions sur “Toute petite petite petite

  1. sheepyr dit :

    virutelle la cage 🙂

  2. path dit :

    Une question d’affinité peut etre, de communauté d’esprit (bof), tu vas vers les gens qui te ressemblent. Ca crée un petit cercle et tu en fais le tour. Encore et encore.

  3. Plancton dit :

    Ce sont là les principes de base du fonctionnement à huis-clos. Le cercle fermé. Se faire plaisir et se contenter de ce qui nous plaît, en se confrontant forcément à une barrière. Ou bien trouver des angles d’attaque dans le cercle, et chercher à explorer ce qui ne nous plaît pas forcément mais qui a des chances de nous ouvrir de nouvelles portes…
    Sauf que les affinités se retrouvent forcément à un moment ou à un autre. Puisque nous avons tous la même démarche, sans même nous en rendre compte. Nous cherchons tous la surprise et la rareté et nous nous engouffrons tous dans le même tunnel, guidés par nos goûts communs. Et du commun, on en a avec n’importe qui sur cette planète.
    La découverte est réservée aux esprits vierges. C’est frustrant. Vierge, je ne le suis plus depuis longtemps.

    « Nous nous retrouverons tous très loin, sur le même lieu de dépaysement, sur la même île, dans le même hôtel, au même étage, et nous mangerons les mêmes plats dans le même restaurant. Nous reviendrons avec les mêmes souvenirs. » (Toujours Yann Moix, toujours dans Anissa Corto).

  4. sissere dit :

    Moi j’aime rien ni personne. (ca s’appele une présentation donc c’est vendeur)

    J’aime pas trop le fond noir et l’ecrit en blanc ! (ca s’appele un état de fait)

    Malgré le fait que ca me bousilles les yeux que je proménes par paire (ca s’appele une note de fantaisie conformiste), j’aime bien lire ce petit bout de pensées.

    Est ce pour autant de sa faute si nous sommes à trois clic de web l’un de l’autre sans pour autant se connaître ?

  5. Plancton dit :

    Sissere… J’ai pensé à un infinitif latin, mais j’ai eu tort puisqu’il ne figure apparemment pas dans les dictionnaires.
    Soit. Bonjour sissere.
    Rien et personne, je les connais, je pourrais te les présenter. Et tu leur vendras ce que tu veux. Un Gaffiot ?
    Le fond noir et l’écrit blanc, j’ai essayé de m’en séparer plus d’une fois, mais je crois juste que nous sommes inséparables… Est-ce de l’amour ? J’en sais rien. Peut-être que mon type d’homme est en noir et blanc.

    Déjà, les trois clics, je les repère pas. ça peut mener super loin 3 clics… et tellement près. As-tu bien écrit volontairement « est-ce de SA faute » ? Aurais-je visé quelqu’un sans m’en apercevoir ? Aurais-je touché quelqu’un dans la foule et l’immensité bloguesque ? Ou alors le possessif se rapporte t’il à une entité que je n’ai pas réussi à identifier, et non à une personne ?
    Effectivement non, nous ne nous connaissons pas. Est-ce une bonne chose ou est-ce un tort ?

    Prends soin de ta paire d’yeux. C’est important dans la vue vie.

  6. podsirymneben dit :

    Celui ou celle qui reste éternellement dans sa vallée prétend que l’océan n’existe pas et que le monde n’est que cimes enneigées.

    Les yeux fixant le vague
    Immobiles dans la contemplation d’un rêve
    Les yeux pleins de larmes
    Brulés par trop de réalité

  7. Plancton dit :

    Tu soulèves là des points importants, il est vrai. Décidément, tu sais viser juste. L’océan. ça fait peur l’océan. L’océan, c’est loin. L’océan, c’est plus facile de se morfondre en se disant qu’il existe pas.
    Même si la métaphore me fait employer des raccourcis quelque peu blessants pour mon ego, comment lui donner tort ?

  8. sissere dit :

    Non sissere c’est comme 6r mais en plus long, d’ailleurs le diminutif a créer l’alongement … et suite à ca il est difficile (à cause de la prononciation) de se racrocher à l’étape de création du 6r !

    aprés je cite (j’aime bien citer)
    Déjà, les trois clics, je les repère pas. ça peut mener super loin 3 clics… et tellement près. As-tu bien écrit volontairement “est-ce de SA faute” ? Aurais-je visé quelqu’un sans m’en apercevoir ? Aurais-je touché quelqu’un dans la foule et l’immensité bloguesque ? Ou alors le possessif se rapporte t’il à une entité que je n’ai pas réussi à identifier, et non à une personne ?

    Alors le sa se rapporte à quelqu’un que je n’accuse de rien ! C’est une présentation, une tournure de phrase pas un procés à la Zola, je n’en ai ni le talent, ni l’envie. De plus et par dessus tout, il n’est pas suffisament inocent pour que je m’éleves contre ce qu’il vit ! De plus il le vit bien !

    3 Clics ca méne loin, et pas tant que ca … il faudrait que le premier te ménes au bon endroit, puis ainsi du suivant et de celui d’aprés. Ou plutôt il eusses fallut que tu partisses de chez moi pour arriver chez toi !
    Pffiou … je me fais peur moi même. En gros l’imbécile est à peu prés aussi timide que moi, il ne dirige personne chez lui, mais signe quand même !

    Bref il suffit de transiter par deux sites en partant du mien pour arriver chez toi … en partant de chez toi le jeu me parait être plus intérressant.

    Effectivement non, nous ne nous connaissons pas. Est-ce une bonne chose ou est-ce un tort ?

    Rien n’est jamais tout bien, ou tout mal. C’est forcément entre les deux !

    Les yeux ca va je gére à fond, c’est les dents qui m’inquietes plus (non je racontes pas ma vie :p)

  9. Plancton dit :

    sissere : Et sinon, y’a google qui marche super bien, en moins de trois clics, en plus.
    PS : Si tu t’es cassé une dent sur le sorbet fraise, c’est que t’as du oublier d’enlever les pales du robot.

  10. sissere dit :

    Oui mais ca non, c’est triché, voilà comme d’habitude les filles étalent leur intelligence et aprés elles s’etonnent que les mecs soient tous frustrés c’est que de la triche moi je dis :'( (bon je dis ca uniquement parce que seul je n’y aurais pas pensé) !

    Pour être franc le sorbet était à moitié raté … l’autre moitié réussit ! Et la dent est eclatée mais pas sensible ce qui fait que j’ai oublié le dentiste, mais c’est gentil de m’y faire penser !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *