Un peu de pluie, jamais assez.

Prête à n’importe quoi pour echapper à mon devoir… Je viens de mettre les mains dans le cambouis pour mettre à jour (enfin…) mon wordpress. J’avais pas sommeil en rentrant à 6h à la maison. Je n’ai d’ailleurs pas plus sommeil maintenant.
Bon, c’est un peu le bordel dans les colonnes pour l’instant, je ferai du rangement plus tard. Après être allée dormir un peu.
C’est étrange comme on peut se faire des montagnes de choses toutes souris. C’était pas si compliqué que ça. Rien n’est jamais si compliqué que dans la conception que l’on peut s’en faire, quand on a le cerveau programmé pour avoir la trouille.
D’ailleurs, je crois que je suis à nouveau en train de fuir le sommeil, depuis quelques nuits. Bien sûr, la chatte noctambule hurlante en chaleur et le chien piss’partout dont j’ai la garde ces jours y mettent du leur pour m’y aider grandement. Mais j’ai pas très envie de mes rêves à vrai dire. Pas très envie de vérifier une nuit de plus que mon envie profonde est de fuir toute forme de société. Pas très envie de me confronter à moi-même. Moi-même et mon amour, dont je ne sais plus quoi faire tellement il m’encombre et me perturbe.
J’aimerais tous vous mettre à la poubelle en fait. Vous tous, qui me pesez sur les neurones et le coeur. Vous plonger dans l’ether et vous noyer dans la rivière, mes chers petits chatons.
En attendant, je regarde les menaces flotter doucement au fil de l’eau qui tombe du ciel. Dans leur petit panier d’osier. Je me prends à rêver de la disparition de ce berceau. Et ça m’apaise.

2 réflexions sur “Un peu de pluie, jamais assez.

  1. sheepyr dit :

    Et ça change de look ici, une petit changement pour la femme un grand pour l’humanité ? 😉
    et les cv ?

  2. Plancton dit :

    Le changement est surement plus grand pour la femme que pour l’humanité !
    Et pose pas les questions auxquelles je veux pas répondre steuplé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *