Héritage

On me l’a sacrément bien ancrée dans la tête cette putain de morale, je dois bien l’avouer. Ha ça, j’en ai hérité de vos valeurs. Et pas que des meilleures.
J’en arrive à culpabiliser même d’écrire. Parce que ce n’est pas l’essentiel. Parce que ce n’est pas productif. Parce que ça ne nourrit personne.
Et aussi parce que la bulle est percée.
Je ne me sens plus en sécurité ici.
Tout s’en échappe et s’écoule, ailleurs.
Mon degré de susceptibilité va croissant de jour en jour. Alternant comme d’habitude avec un effacement total. Sortir la tête de la carapace, c’est risquer de se prendre une noix de coco sur la tronche. Et surtout, risquer de répliquer au lance-flammes pour éradiquer les cocotiers.
Alors je reste à l’intérieur.
Aussi parce que ma place doit être la plus petite possible, et ne surtout jamais déranger les autres.

Si au moins la chaise était musicale, je m’en irais en chantant.
Mais ce soir encore, ce n’est qu’un fauteuil silencieux qui m’attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *