« Coucou, je suis en vie. »

Passer ce coup de fil à Mika de la façon la plus naturelle du monde, sans même y réfléchir dix secondes, discuter avec lui des trucs qu’on peut se dire quand on s’est pas donné de nouvelles depuis … trois ans. Juste l’essentiel. Qui est mort, qui est en bonne santé. Rire un peu comme deux vieux potes. Même si.
Envoyer un mail à un type que je connais à peine, un epicentre de souvenirs diffus, confus. Essayer de lui faire comprendre que, ben, bordel, j’imagine que c’est dur, je pense à toi.
Ecouter le rire de Gibus dans la saxomobile alors qu’il était venu nous aider à emmenager dans cette maison, que je n’ai toujours pas quittée. Son rire, sa voix, comme si c’était hier… Mais que tant de lendemains se sont déjà réincarnés en passés décomposés. Me dire que je devrais peut-être annuler le rendez-vous chez monsieur mon psy vendredi pour descendre lui dire aurevoir. Et pourquoi pas, dire bonjour à ceux qui sont toujours là.
Toujours là.
Mais surement pas ici.
Parce qu’en envoyant ce mail, en passant ce coup de fil, j’ai tout simplement l’impression d’avoir voulu contacter une autre galaxie, qui ne serait pas tout à fait tombée dans l’au-delà.
Mais le Styx ne passe pas très loin, sourions, rions même, pour l’album souvenir d’Hadès.

Une réflexion sur “« Coucou, je suis en vie. »

  1. Ash dit :

    Mais tu oublies que « in space », donc apte au voyage INTER – galactique.

    On a tous des univers deriere nous…
    Certaines orbites se recroiseront, d’autres pas.
    Mais à coup sur, tu rentreras à un moment ou à un autre dans le champ gravitationnel d’un systeme encore inconnu…

    Kisses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *