Pas de sacrifice. Et pas de tradition.

Une question me taraude… Qu’est-ce que je suis venue foutre au bureau aujourd’hui ?
Les réponses qui me viennent spontanément en tête doivent malheureusement se contenter d’y rester. Arracher les cables, exploser un écran à coups de bible ou jeter les tuiles du toit sur les passants.
Il est marrant, le cheminement de l’énergie que l’on se fabrique. Jour après jour, la violence ne se ressemble déjà plus. Je retrouve ma boule de nerfs, nourrie de toutes ces incompréhensions qui me tournent autour, un peu comme si je cherchais à les attirer ; nourrie des yeux froids qui te regardent en face et décident en un battement de cils inratable qu’ils ne te verront pas. Au bout d’un certain nombre de fois et venant des mêmes personnes, quand même, ça m’interpelle.
Quelle étiquette ont-ils bien pu me coller sur le front ?

Autre question, tant qu’on y est. Doit-on faire confiance à l’employeur qui vous dit « bientôt bientôt on verra » ?
Avec un peu plus de recul, peut-on faire confiance à un homme que vous voyez depuis six mois, qui vous fait craquer et qui le sait ouvertement, qui vous parle du chant des oiseaux à cinq heures du mat, qui vous colle finalement et irrémédiablement deux bises en guise d’aurevoir en vous abandonnant devant le métro et qui vous écrit quand même « ne désespère pas » ?

Je crois que je n’ai pas fini de remplir ma rubrique à déchets. Va y’en avoir, des trucs à jeter, cette année.

[Nalinou, j’ai finalement entamé une grève du sms et je t’envoie plein de bisous.
Et je twitte et msnise si je veux.
Je pense à vous les ptits chéris. Même si.]

11 réflexions sur “Pas de sacrifice. Et pas de tradition.

  1. alain dit :

    Ce n’était pas un sms hier mais un vrai appel !
    Tu as oublié ?
    Il n’a duré que 45 secondes (tu étais débordée) mais tu as tout de même trouvé le moyen de te marrer pendant la moitié du temps…
    Je recommencerai à l’occasion tiens.
    🙂

  2. balmeyer dit :

    Passe le bonjour à ta boule de nerfs de ma part ! Elles ont un appétit de fou, ces bêtes là… 🙂

  3. plancton dit :

    Tain, Alain, tu me fais vraiment passer pour une huître.
    J’ai écrit la petite référence au sms plusieurs heures avant que tu m’appelles 🙂
    Recommence quand tu veux (même si c’est forcément pas bien long quand je suis au taf !)

    Signé L’huître rieuse

  4. Plancton dit :

    Le message est passé balmeyer ! Sache que ma boule de nerfs te transmet tous ses vroouut sfrchhhh et qu’elle te pfgroutch bien. J’espère que tu comprendras, parce que moi, j’ai du mal à bien décoder son langage quand elle a la bouche pleine !

  5. Bibasse dit :

    Je te souhaite une bonne année. Au moins aussi excellente que ce message peut paraître sobre.

  6. balmeyer dit :

    Alors comme ça tu as vécu à Lyon ? 🙂

  7. Plancton dit :

    Merci beaucoup bibasse ! Ta sobrieté me va doit au coeur !

    Balmeyer, t’as raison de venir faire la discute ici, c’est quand même plus calme que chez toi 🙂
    Et oui, pour sûr que j’ai vécu à Lyon… J’y suis née et j’en suis partie après mes études en 2002. Et quand on m’cause de St Georges, St Jean et St Paul, ça me fait tout chose 🙂 Et ce n’est pas un fantasme à propos d’apôtres morts.

  8. Bibasse dit :

    Mots croisés : Réponse laissée à l’endroit du message qui l’a provoqué, en 114 lettres.

  9. Fishturn dit :

    Justement, je me demandais bien qui était cette Plancton qui m’avait cité.
    Ravi de découvrir l’energie d’ici.

    Bonjour…au fait,

  10. balmeyer dit :

    C’est chouette ! 🙂 Moi je suis parti en 2000. Je vivais à Lyon depuis l’age de 8 ans ! On s’est sans doute croisé… !

  11. Plancton dit :

    Mais bien le bonjour à toi msieur Fishturn. Si tu es ravi, he bien on va se partager les adjectifs, y’en a pour tout le monde, alors je suis enchantée de ton passage.
    Enchantée. Comme pollux.

    Balmeyer, de toute façon, le monde il est toupiti toupiti toupiti 🙂 Et maintenant on se croise des smileys sur la toile. J’trouve ça beau rhalala !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *