Ne pas bouger.



J’essaie de reprendre le contrôle, lentement. Je me jette de la raison dans les sens pour les calmer. Reprendre le contrôle de la peur qui surgit, sans que je comprenne vraiment pourquoi.
Le monde est dangereux pour un être comme moi. Excusez-moi de ne pas m’y attarder.
Excusez-moi, si je ne fais que passer.
Votre contact m’envahit. Femme trou. Humain réceptacle.
Vous avez trop d’emprise sur moi.
Vos peurs deviennent les miennes, vos angoisses m’étourdissent.

Est-on à l’abri derrière la vitre ? Ou bien est-on simplement enfermés ?
La constante, celle qui me suit depuis si longtemps, celle que je cherche à définir depuis tant d’années. Je la tiens au creux de ma peur, je l’observe et l’admire. Je ne veux surtout pas l’effrayer, ce n’est pas tous les soirs qu’elle est toujours là lorsque je me retourne sur le miroir et qu’elle a oublié de bouger.

L’âme et le corps sont deux animaux à dompter. Lequel va manger l’autre ?

2 réflexions sur “Ne pas bouger.

  1. Poire Carotte Concombre a toute vitesse. dit :

    Miam miam.

  2. Plancton dit :

    Espèce de petit goinfre va. Laisse z’en pour les autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *