Je vais à confess’

Bonjour mon Père.
Il faut que je vous dise.
J’ai recommencé.
J’y suis retourné.
Voir sa boîte mail.
Prendre des nouvelles, comme une voleuse.
Et j’en ressors avec rien de méchant. Rien de mauvais.
Juste envie de me dire que bordel, mais il est encore à fond dans ses trucs d’ado fini au pipi ou au vomi.
Et puis ils attendent quoi pour en crever ?

Tiens, je dois être un peu haineuse, mon Père.
Vous avez raison, dans Votre silence.
Elle s’appelle Félicie.
Ils ont un chat.
Et ils le posent chez je sais pas qui le week-end quand ils vont se murger la tronche à coups de vinasse.
Et qu’il se déguise en folle pour amuser la galerie.

Et vous en avez rien à foutre.
Moi non plus, en fait.

Et ça me donne une bonne raison pour me repasser une 5ème fois EZ3kiel et son Versus qui, décidément, poutre.

Je suis triste, c’est tout.
De tant de temps. De tant d’oubli. De tant de vide. De tant de creux. De tant de souvenirs. De tant de perte. De tant de désespoir. De tant de destruction. De tant de manque. De tant d’instabilité. De tant d’immaturité. De tant de vanité. De tant de vie. De tant d’inutilité. De tant de philosophie. De tant de neurones. De tant d’intelligence. De tant de néant.

6ème fois.
Elle me fera peut-être apprendre la vie dans mon sommeil.
Elle sera Mes Ave Maria et mes Pater Noster que vous avez la gentillesse de ne pas me conseiller.

Bonne nuit le vide.

2 réflexions sur “Je vais à confess’

  1. sheepyr dit :

    Et j’en ressors avec rien de méchant. Rien de mauvais.
    Non juste une mauvaise image de toi, la preuve tu tu confesses

  2. Plancton dit :

    Aller se confesser, c’est pour se donner bonne conscience, par habitude. Enfin, disons que c’est la déplorable image que je me suis faite de ce rituel dogmatique. Est-ce parce que la représentation que je me dois d’avoir de mon acte est négative que je devrais vraiment me sentir mauvaise ?
    Cette confession ne signifie rien. Rien qu’un simple processus d’évacuation.
    Une chasse d’eau.

    Et quant à ce que je ressens en repensant à cette plongée dans un présent lointain qui ne m’appartient plus, ça se rapproche de l’impression d’être un fantôme. Un mort qui ouvre une fenêtre sur le monde du vivant. Ou peut-être l’inverse. J’en sais rien.
    J’ai l’impression de ne rien ressentir du tout. Ce n’est ni bien, ni mal. C’était juste un moyen de savoir ce que mon passé est devenu sans moi.
    Du factuel, simplement. Et le monde qui tourne sans moi. Rond, ou pas.

    (Un nuage de mauvaise foi s’envole…)
    Non, en fait, ce que j’aurais vraiment du avouer, c’est que je crevais d’envie d’apprendre que son couple était en train de se casser la gueule. J’ai des envies, comme ça, parfois, de savoir certaines personnes malheureuses.
    Voilà. ça, c’est vraiment pas bien.
    Méchante fille.
    (Mais j’en ai toujours rien à cirer en fait, d’avoir le plus mauvais fond de la terre. C’est naturel, c’est juste de la vengeance gratuite, une autre façon de tirer la chasse d’eau).

    Tiens, je sais pas pourquoi mais ça me fait sourire de me savoir si méchante. Déplorable. Je crois que je me sens plus forte en sachant que je suis capable des pires bassesses. Et j’en ai rien à cirer. C’est dingue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *