Câlin calichien

J’sais pas trop quoi dire, j’sais pas trop quoi faire quand y’a de la tristesse dans les yeux de ceux que j’aime. Alors, tiens voilà. J’te fais un bisou et je te donne ça. Et comme t’es pas con, tu te reconnaîtras 🙂

Câlin calichien…
Offre moi un os, j’te lêcherai la main.
Si j’garde plus la maison, si j’te réveille plus le matin,
C’est juste pour aller faire les poubelles avec les copains,
Dans une grande étendue verte, remplie de réverbères,
Où on peut gambader tranquilles et s’la jouer pépères.
Si je vide plus la gamelle, t’inquiète pas, j’risque pas d’avoir faim.
Y’a des copines, d’la terre à fouiner, des empreintes à décrypter,
et, soyons honnêtes, plein de culs à renifler. Au coin d’la rue, y’a même une mémé qui fait refroidir son rôti sur le bord de la f’nêtre.
Mais y’auraplus de bave sur ton pied.
D’la bave de câlin, de câlin calichien.
J’garderai plus la maison, juste ma ptite place de chien,
Dans la grande prairie verte, au fond de ta mémoire.
Les copains seront jaloux, de toutes les niches, c’est moi qu’aura la plus belle.
Une chouette niche en forme de ton coeur, avec des rires d’enfants et plein de souvenirs joyeux.
Gratte à la porte si tu veux, dans ma niche, y’a d’la place pour tant qu’on veut.
Et puis apporte moi un os, j’te f’rai un câlin. Un ptit câlin, de cali calichien.

2 réflexions sur “Câlin calichien

  1. alain dit :

    Merci.
    Remarque, je ne suis pasz trop triste…en ce moment.
    🙂

  2. maxy_vince dit :

    Ouaf ouaf (c’est un compliment)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *