Regarder

Je ne rêve plus la nuit,
Pour que dure la réalité des jours.
Celle qui vient se blotir dans mes bras comme un grand enfant endormi.
Mais celle, aussi, qui vient frapper ma joue. Ma mémoire. Mes yeux ou mon orgueil.
La réalité est Une, entière, indivisible
et violente de tout l’amour qui la rend si ennivrante,
de toute la peur qui la rend si écrasante.
La réalité est Vie, Mort et instants fugaces de consciences en quête d’un bonheur à jamais fugitif.
Elle est Temps, elle est Espace, paramètres qui nous dépassent à jamais.

Elle est grande, si grande…
Et nos rêves si petits.

Quand on choisit d’ouvrir les yeux,
Quand on choisit de regarder,
C’est pour le pire et le meilleur.
Pour nos petits rêves et nos grandes réalités.

Aussi infimes soient-ils,
Je ne dors plus mes rêves la nuit,
Dans l’espoir un peu naïf, un peu fou,
de les bâtir en plein jour,
ou en pleine nuit.

Je ne pense plus les peurs, je panse les envies.
Je me berce à la dopamine,
De mon cerveau un peu naïf, un peu brisé,
Qui se berce et qui s’imagine,
Comme ça, en pleine vie,
Pouvoir donner rêve à sa réalité.

Et j’en profite pour aller dormir,
Aller rêver de réalité…
Parce que, pour une fois, ma réalité me donne envie de rêver.

3 réflexions sur “Regarder

  1. maxy_vince dit :

    Coucou, c’est Neo. Laisse tomber la Matrice et reviens de l’autre côté.

  2. anna dit :

    J’arrive à lyon, au bureau, après une longue soirée, une courte nuit, quelques heures de SNCF en ce jour de grève, j’ouvre mes mails les lis puis vais voir le site de ma copine Blandine que je n’ai pu lire depuis trois semaines.

    Et là LE CHOC.

    Mais qu’est ce que c’est que ce post où je te vois sourire?

    Moi j’ai pas la réponse mais en tout cas c’est vraiment bon!

    Anna

  3. an.archi dit :

    anna > Tu m’étonnes. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *