In the submarine

Quelle étourdie ! Je suis partie en oubliant la moitié de mes affaires derrière moi.
Je suis partie en oubliant d’arrêter de rire pendant six mois.
Je suis partie heureuse car ce que j’oubliais était en sécurité chez toi.
Je suis partie le sourire aux lèvres, et l’avenir en liberté.
Je suis partie gagnante de notre complicité.

Quelle étourdie ! Je suis partie en oubliant de te quitter !
ça pouvait pas durer d’oublier ça.
ça pouvait pas continuer de chanter.
Quelle étourdie tu me diras
de croire qu’on peut tout transformer.

Je regarde la facture trop longue pour moi
J’me dis qu’il est temps d’arrêter de claquer comme ça.
Avec un coeur vidé, toujours dans le rouge
Y’en a pas un seul qui signera pour le prêt.

Quelle étourdie ! J’ai oublié de m’enfuir pour une fois.
Je sais bien que j’allais bien avec la déco,
Mais maintenant, faudrait me rendre à ma propriétaire.
Elle se sent vide sans moi, elle a froid sans ses affaires.

Quelle étourdie ! La fenêtre est restée ouverte,
La pluie drue est entrée. Et voilà mon rire éteint
Qui flotte dans l’inondation, au milieu de quelques espoirs
Lessivés. Tu crois qu’y’a quelque chose à sauver ?

Quelle étourdie ! J’avais pensé m’en être sacrément bien sortie,
J’avais aussi oublié les grandes marées. Celles qui font remonter
Dans les yeux les vieux trucs qu’on pensait enterrés.
Quelle étourdie ! J’avais oublié de te quitter.

J’aurais bien aimé te laisser quelques étoiles,
Mais maintenant, de toute façon, ça vaut plus rien.
Faut juste que je remette mon coeur sur le chargeur.
Et que je m’en aille, loin.

2 réflexions sur “In the submarine

  1. lutine dit :

    C’est bien de faire dans le layout plus clair.

  2. Plancton dit :

    Il est pas aussi beau que le back in black, mais c’est vrai qu’il est sympa celui-là.
    Reste à savoir combien de temps je vais tenir dans le trop cliiir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *