Simple comme un jeu d’enfant

Retrouver la clé du coffre, vite.
Avant que tout n’implose.
ça grouille de mots là-dedans, ça fourmille, ça crépite, mais pas moyen de canaliser quoi que ce soit. Je ne sais plus par où commencer.

Sans doute par crier. ça fait toujours du bien.
Comme toujours, comme d’habitude.
Juste que je n’ai pas la parole. Je sais plus causer, plus marcher, plus rien.
Comme toujours, comme d’habitude.

Pourtant, j’aurais eu un bout de papier, un crayon, une troisième main et un oeil de libre tout à l’heure en rentrant chez moi, j’en aurais écrit des choses en conduisant. Des tonnes.
Mais je sais plus par où commencer.
Energie. canaliser.
Energie. CANALISER.
Concentrer.

Est-ce que ça a un sens de taper sur les touches d’un clavier pour faire des sons, pour faire le con, pour jouer avec les mots, les désarticuler comme une poupée, les démembrer et les réassembler pour faire courir le chien fou dans la prairie bleue ?
Plus envie de raconter ma vie, que je trouve assez communément inintéressante.
Plus envie de parler de lui, de lui, de toi, d’eux, de qui que ce soit.
Envie de déclarer l’amour sans doute. Faire la guerre avec rage et innocence. Recouvrir la toile d’encre de chine et m’en barbouiller.
Me maquiller. Me transformer.
Je me connais tellement bien, qu’au bout du compte, je ne sais même plus qui je suis.
Je fais partie des meubles, je me dérange comme un point sur un o.

Et j’voulais même pas écrire tout ça, parce que j’ai peur de la réalité. Celle qui a tourné, et qui n’a pas vraiment changé. Un deux trois soleil, personne ne me voit bouger. J’ai gagné.
Le droit au rêve que je construis avec des morceaux de nuages pas sages, de grains de sable et des seaux d’eau salée.

J’ai besoin de ne plus penser au soleil qui me manque.
Besoin de m’oublier, de me fuir.
Je cours trop vite, j’arrive pas à m’attraper.

Mais libérez-moi à la fin.
Libérez-moi.
Je suis cachée sous ma peau depuis trente ans.

Après, on jouera à chat.

Une réflexion sur “Simple comme un jeu d’enfant

  1. evamarine dit :

    tu triches !
    c’est toi qui a la clef !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *